A A A

Transports : 6 conseils pour limiter la sécheresse oculaire

Transports

Il est enfin temps de partir en vacances d’été mais avez-vous déjà eu les yeux secs, rouges ou encore des démangeaisons dans les transports ?

 

Les transports peuvent être un facteur de sécheresse oculaire. Climatisation, lentilles de contact, clignements incomplets, de nombreuses raisons font que les yeux sont asséchés dans les transports.

 

Que ce soit dans la voiture, le train ou encore l’avion, n’hésitez pas à suivre nos conseils pour limiter les effets de la sécheresse oculaire.

 

  1. Ne pas diriger la climatisation sur les yeux

La climatisation est une des causes de sécheresse oculaire. En effet, les larmes sont composées d’eau et d’huile. La couche aqueuse permet d’hydrater, de nourrir et d’oxygéner la cornée.

 

De plus, les larmes forment une barrière de protection pour l’œil. L’air de la climatisation va augmenter l’évaporation des larmes et la couche aqueuse sera de moins en moins épaisse : les yeux vont alors s’assécher.

 

Il est donc important de ne pas diriger la climatisation sur les yeux et même de limiter l’intensité de celle-ci.

 

  1. Mettre des larmes artificielles

Afin de prévenir l’évaporation des larmes, nous vous conseillons de mettre des larmes artificielles. L’idéal est de les mettre avant de prendre la route.

 

Sous format de collyre, elles permettront de compenser le manque de larmes. Cela permettra de maintenir les yeux hydratés et éviter d’avoir des symptômes désagréables.

 

  1. Faire des pauses

Faire des pauses fera le plus grand bien à vos yeux. Pendant ce temps de repos, vous pouvez faire des exercices de clignements.

 

Lorsqu’on est concentré, nous avons tendance à moins cligner des yeux, ce qui assèche l’œil.  

 

En effet, les clignements permettent d’étaler le film lacrymal et donc d’hydrater les yeux. Voici un exemple d’exercice que vous pouvez effectuer :

 

  • Fermez les yeux et comptez jusqu’à 3.
  • Serrez les paupières et comptez jusqu’à 3.
  • Ouvre les yeux et comptez jusqu’à 3.

Pour regarder notre tutoriel, cliquez ici.

 

  1. Bien s’hydrater

Ce n’est un secret pour personne, l’hydratation est essentielle pour le corps humain. Il est important de savoir que le film lacrymal est composé à 98% d’eau.

 

Si le corps n’est pas assez hydraté, il prendra dans ses provisions. De ce fait, il faut maintenir le corps hydraté afin que l’eau du film lacrymal garde les yeux hydratés également.

 

La quantité recommandée est de boire entre 1.5 et 2 litres d’eau par jour. Bien évidemment, il faut adapter ce chiffre en fonction des chaleurs ou de vos activités.

 

  1. Privilégier le port de lunettes de vue

Les lentilles de contact sont un des facteurs de sécheresse oculaire. Étant donné qu’elles sont mises sur le film lacrymal, la cornée aura des difficultés à capter l’oxygène dont elle a besoin, elle va donc utiliser plus de larmes pour s’hydrater.

 

Avec l’absorption des larmes, les yeux sont moins hydratés ce qui provoque une sécheresse oculaire.

 

De plus, si vos lentilles ne sont pas adaptées à la forme de votre cornée, ou si vous utilisez des produits d’entretien de mauvaise qualité, ou si l’entretien n’est pas régulier, les symptômes de sécheresse oculaire peuvent augmenter.

 

Enfin, pour éviter les risques, il est préférable d’échanger vos lentilles de contact contre des lunettes de vue pour les transports.

 

  1. Porter des lunettes de soleil

L’été, la luminosité est généralement plus forte et peut vous éblouir. Une personne ayant les yeux secs peut être sensible à la lumière. Afin de protéger vos yeux de l’éblouissement mais aussi des UV, nous vous conseillons de porter des lunettes de soleil. Le choix des lunettes n’est pas à négliger alors voici quelques conseils.

 

La teinte des verres des lunettes de soleil n’est pas une indication du filtrage des rayons solaire. Un verre foncé atténuera l’éblouissement mais ne filtrera pas forcément les UV. C’est la qualité des verres et la matière utilisée pour les fabriquer qui protègent nos yeux contre les UV.

 

Faites également attention à l’indice de protection. L’échelle va de 0 à 4, 0 étant l’indice le plus bas et 4 étant l’indice le plus fort.

 

Les indices 0 et 1 sont à éviter, le 2 ne protège pas en totalité des UV mais convient pour la fin de journée ou un temps nuageux. L’indice 3 est parfait pour la plage, la mer ou la montagne. Les verres de catégorie 4, avec 100% de protection anti-UV, sont conseillés pour des activités avec une luminosité exceptionnelle. Ces verres sont donc interdits pour conduire ! La raison ? Impossible d’y voir dans un tunnel !

 

N’hésitez pas à lire plus de conseils dans notre actualité sur « la sécheresse oculaire et les gestes préventifs ».

 

EN CAS DE PERSISTANCE DES TROUBLES, CONSULTEZ UN OPHTALMOLOGISTE.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
Auteur
Auteur

Continuez votre lecture

Voici quelques articles qui pourraient également vous intéresser.

En France, 1 personne sur 3 est atteinte de sécheresse oculaire...

Play Video
Partager la page par email
Partager la page sur facebook
Partager la page sur twitter
Partager la page sur linkedin

Vous êtes
médecin ?

Vous quittez le site en version française
En cliquant sur ce lien, vous allez quitter le site masecheresseoculaire.fr, souhaitez-vous continuer ?
Vous quittez le site en version française
En cliquant sur ce lien, vous allez quitter le site masecheresseoculaire.fr, souhaitez-vous continuer ?
Vous quittez le site en version française
En cliquant sur ce lien, vous allez quitter le site masecheresseoculaire.fr, souhaitez-vous continuer ?